Les écogardes du Parc naturel régional du Verdon

dimanche 29 avril 2012
par  Renaud BATISSE

Les écogardes du Parc naturel régional du Verdon ont vu le jour en 2002. C’est une opération saisonnière. Cela répondait au désir des élus locaux de donner un visage au Parc, et au besoin manifeste de sensibiliser les très nombreux visiteurs estivaux à la richesse et à la fragilité des patrimoines du Verdon.

Le territoire du Parc est en effet particulièrement attractif en raison du caractère emblématique du grand canyon, de son climat chaud, des eaux turquoises du Verdon ou des accents « tropicaux » des berges du lac de Sainte Croix. Dans ce contexte le Verdon est soumis à une fréquentation de masse, concentrée dans l’espace (lacs et gorges) et le temps (été).

Cette fréquentation de masse favorise la dégradation des espaces naturels, et des comportements inadaptés du public sur des sites dangereux (falaises), des itinéraires difficiles (ensoleillement intense, dénivelés…), par des personnes sous équipées (pas d’eau, des sandales en guise de chaussures de rando, etc.). Sur les berges des lacs, le camping sauvage, l’installation des camping-cars, les feux de camps, l’abandon de déchets sont autant d’infractions qui n’en sont pas moins des pratiques de masse.

JPEG - 23.9 ko

Pour faire évoluer ces comportements, il faut en passer par l’information et la sensibilisation du public. L’écogarde est un outil de communication du Parc en tant que structure, au service du Parc en tant que territoire.

Cette communication est déclinée en 4 axes :
L’accueil, l’information, la sensibilisation et la promotion – valorisation.

JPEG - 36.5 ko S’agissant d’un dispositif de proximité, en donnant un visage au territoire, les écogardes vont au devant des visiteurs et les « reçoivent ». En répondant aux questions, les écogardes prennent les personnes en considération, les conseillent, les aident, les sécurisent… En cela les écogardes accueillent.

Les écogardes renseignent le public sur des données objectives (information touristique, météo, horaires, etc.), des éléments scientifiques (résultats d’études)… C’est une part de la mission d’information.
Mais l’information c’est aussi ce qui résulte de l’observation. Ces agents de terrain sont des témoins privilégiés de ce qui s’y passe. Ainsi les écogardes mettent en œuvre quotidiennement des protocoles de suivi de la fréquentation et des comportements, et assurent l’écoveille des sentiers de randonnée.

Partant de l’idée que nous respectons mieux ce que nous connaissons, la sensibilisation est l’un des moteurs essentiel de la protection du patrimoine. Elle est au cœur de l’action des écogardes. Il s’agit de faire ressentir. Le but recherché est l’appropriation du contenu d’un message par la personne sensibilisée (instinct personnel de protection de ce qui est soi). La Sensibilisation est ici conçue comme un savoir faire, et non comme un fond de connaissance. C’est un moyen de diffuser de l’information pour en favoriser l’appropriation par le public.

Enfin, les écogardes encouragent les personnes à sortir des secteurs très fréquentés et à découvrir le territoire en d’autres saisons. Ils concourent à l’émergence d’une autre image du Verdon et ils valorisent les acteurs du territoire qui s’impliquent dans le développement durable. En cela, ils font la promotion du territoire et en valorisent les acteurs.

Aujourd’hui, les écogardes du Parc du Verdon développent leur lien avec les habitants du territoire en appuyant les missions du Parc dans le cadre de l’animation territoriale (inventaires scientifiques participatifs, prises et entretien des contacts, relais).


Brèves

4 novembre 2014 - Achat de vêtements techniques pro

Professionnels de terrain, vous pouvez bénéficier de la remise "Pro sales" chez Patagonia. Plus (...)