Le garde en milieu marin

dimanche 9 octobre 2011
par  Hervé BERGERE

Il est apparu en 1963 à Port-Cros, petite île de l’archipel de Hyères dans le Var. Au fil du temps, il a pris le statut « d’agent de l’Etat » et travaille sur terre comme sous l’eau.

Il a également pris « pied » en Guadeloupe en 1989 et depuis 2006, l’homme grenouille marin est en voie d’expansion sur des espaces côtiers et maritimes d’Atlantique (Parc naturel marin de la Mer d’Iroise), de Méditerranée (Parc national des Calanques de Marseille) et d’Outre-Mer (Parc naturel marin de Mayotte). Son aire de répartition est semble-t-il prévue en augmentation ; plusieurs projets de Parcs naturels marins sont bien avancés (Parc naturel marin de la Mer d’Opale et estuaires picards, de la Côte Vermeille de Banyuls, du Bassin d’Arcachon, de l’embouchure de la Gironde et des Pertuis charentais et du Golfe normand-breton).

Ces agents, après une formation de plongeur autonome de niveau 3 (niveau de plongée de loisir), reçoivent une qualification en matière de plongée professionnelle sur deux semaines et sont classés au minimum I B (travail possible jusqu’à 30 mètres maximum).

Prospection et éradication de la « Caulerpa taxifolia » Les même tâches dévolues aux agents terrestres sont réalisées sous l’eau : suivi de la faune et de la flore sous-marine (comptage de poissons), surveillance des usages (la plongée loisir), accompagnement des médias, lutte contre les espèces envahissantes... L’organisation des missions est compliquée par les règles du Code du travail. Chaque établissement employant des plongeurs scaphandriers (plongeurs classés) se doit d’élaborer un manuel de sécurité du travail en milieu hyperbare. Ce document comporte toutes les conditions de sécurité exigées par le code du travail et doit être paraphé par tous les plongeurs. Une plongée de surveillance exige trois plongeurs classés (professionnels) et un pilote. La durée de la mission en milieu hyperbare (sous l’eau) est commandée par des tables de plongée (dénommées MT 92) qui sont très restrictives afin de préserver la santé des plongeurs.

Départ en plongée pour une « veille écologique » Les moyens mis en œuvre sont assez lourds financièrement. Le type d’embarcation le plus adapté à ce travail est le semi-rigide d’environ 6 à 7 mètres (environ 35 à 50 000 euros). Le matériel de plongée est assez onéreux (bloc, détendeur, combinaison, palmes, masque...) soit une dépense de l’ordre de 3 500 euros par plongeur.

En règle générale, une mission sous l’eau qui dure 40 minutes réclame 4 agents pour une durée totale d’environ 1h30 (préparation, réalisation de la mission et nettoyage du matériel).

Le travail en milieu hyperbare exige un suivi strict de l’état de santé des plongeurs. Ils subissent une à deux visites médicales par an.

Retour d'un comptage du mérou brun Il est courant d’estimer que la gestion des espaces marins et sous-marins exige un investissement en temps/homme, en matériel (embarcations) et donc en argent de 30 à 40 % supérieur au coût d’une gestion environnementale équivalente sur la partie terrestre.

Les « aires marines protégées » (parcs nationaux, réserves marines et littorales, Parcs naturels marins, espaces Natura 2000, cantonnements de pêche, réserve de chasse et de faune sauvage...) se multiplient et l’accès aux missions subaquatiques par les agents passionnés de la mer, de la plongée et du littoral sera facilité.

Mise en place du balisage marin La mer est un monde encore mal connu et toujours mal préservé, ces quelques espaces « protégés » doivent servir de laboratoire en matière de mise en oeuvre d’outils de gestion, de types de gouvernance et d’acquisition de nouvelles connaissances sur le vivant.

Toutes ces avancées doivent servir à toujours mieux préserver les ressources naturelles, les paysages tout en maintenant les usages professionnels et de loisir « soutenables » pour la Nature. Espérons que les gouvernements européens et mondiaux ont bien saisi l’importance de préserver ces espaces marins et côtiers.


Brèves

4 novembre 2014 - Achat de vêtements techniques pro

Professionnels de terrain, vous pouvez bénéficier de la remise "Pro sales" chez Patagonia. Plus (...)