Le réseau radio du Parc national du Mercantour

de l’analogique vers le numérique, ou comment mieux protéger ses agents et la confidentialité des communications
mardi 11 octobre 2011
par  Jean-Marc CULOTTA

Le Parc national du Mercantour s’est doté récemment d’un tout nouveau réseau radio. Des crédits spéciaux alloués par le ministère lui ont permis de changer l’ensemble de son matériel qui datait de 1995. La partie technique sera traitée un peu plus loin.

Pourquoi des crédits spéciaux en ces temps difficiles ?

Au cours du CTPS des parcs nationaux du 10 janvier 2007, les représentants du personnel ont exprimé leur souci concernant les agents de terrain en montagne, suite à trois accidents mortels ayant frappé des agents de la Vanoise et du Mercantour lors des trois dernières années. Pour répondre à cette préoccupation, le Directeur de la nature et des paysages a demandé à Parcs Nationaux de France d’organiser en liaison avec les Inspecteurs Hygiène et Sécurité concernés de constituer un groupe de travail en vue de faire des propositions pour améliorer la sécurité des agents de terrain en montagne.

JPEG - 7.4 ko Le Parc national du Mercantour me demandait de participer à ce groupe de travail sur les thèmes "équipements et matériels de montagne" et "réseau radio". Je faisais état de la situation dans notre établissement et notamment des gros investissements consentis par le PNM sur la qualité des matériels. Au cours des discussions il est apparu que pour améliorer la sécurité des agents de terrain, il serait intéressant d’exploiter les possibilités offertes par le numérique en radio et l’utilisation de la PTI (protection du travailleur isolé) couplée à la localisation GPS.
Ayant déjà sensiblement avancé dans le domaine (je m’étais déjà renseigné auprès de notre fournisseur), je proposais que le PNM procède à un test in situ de ce nouveau type de matériel, à condition que des crédits spéciaux lui soient alloués. Je montais le projet, établissais le cahier des charges, faisais une estimation du montant nécessaire à la réalisation du projet, et présentais le tout à mon directeur adjoint Pierre Commenville. Durant quelques mois, plus de nouvelles et à l’automne 2009 la nouvelle tombe : « la DNP est ok, elle a raclé les fonds de tiroir, tu as les 200.000 € nécessaires ! ».

Aujourd’hui, en 2011, le réseau est en place, rôdé et fonctionnel.

JPEG - 8 ko Nos conversations en numérique protégées par deux couches de cryptage. Un son pur et sans souffle. Une zone de couverture améliorée de 20%.
Tout le matériel a été changé : les 11 relais, les 10 bases radio fixes, 1 poste radio centralisé situé au siège de l’établissement à Nice qui peut piloter via internet les bases fixes des secteurs et tous les relais du PNM. Les sites relais ont leur capacité en énergie multipliée par quatre (deux panneaux solaire de 135 W crête au lieu d’un de 63 W, et quatre batteries de 130 Ah au lieu d’une). Et surtout une PTI...

La Protection du Travailleur Isolé (PTI)

Comment la PIT fonctionne-t-elle, et quel en est le principe ? Deux cas de figure, deux exemples : un contrôle de police se passe mal, on appuie discrètement sur une touche dédiée et l’alarme se déclenche ; un agent de terrain évolue seul en montagne, il chute, le portatif est incliné à plus de 45° et l’alarme se déclenche.

Qu’apporte cette alarme, et comment fonctionne-t-elle ?

JPEG - 13.2 ko Un centre de télésurveillance 7j/7j et 24h/24h (en cours d’installation à ce jour, qui se trouvera chez un prestataire extérieur au PNM) reçoit et gère les alarmes.

Les alarmes sont soit instantanées en cas d’appui sur la touche d’urgence, soit partent après 70 secondes en cas de perte de verticalité (durant 50 secondes il ne se passe rien, puis de 50 à 70 secondes un signal sonore en 4 paliers de volumes progressifs, de très bas en cas d’opération de police à très fort, avertit l’utilisateur que la radio va émettre une alerte). Au pupitre, l’opérateur reçoit le type d’alarme (chute ou alerte), le numéro du portatif émetteur (donc l’identité de l’agent), la date, l’heure et surtout la géo-localisation. A noter que la radio ne fournit la position géographique de l’agent seulement et uniquement en cas de déclenchement d’alerte.

Le GPS se trouve dans le micro déporté. De plus, celui-ci s’ouvre et se ferme alternativement et automatiquement par paliers de 40 secondes tant que l’alarme n’est pas coupée ou que la batterie n’est pas déchargée. Imaginez que vous êtes à terre et dans l’impossibilité de manipuler votre radio, vos collègues vont vous entendre parler, ou entendre les autres voix proches de vous en cas d’appui sur la touche urgence. Un signal (arrière plan sonore) vous indique que c’est à vous de parler et alternativement indique à votre collègue à l’écoute que c’est à lui de parler. On peut neutraliser temporairement la fonction PTI.

Le numérique

JPEG - 45.7 ko Autres précisions, le portatif gère le numérique et ou l’analogique. Quelqu’un vous appelle en analogique, le poste bascule sur ce mode. Vous voulez appeler un poste en analogique (secours en montagne), vous choisissez la zone dédiée à ce mode et vous communiquez. Les ingénieurs japonais de chez Kenwood ont modifié spécialement pour nous à deux reprises le firmware (sorte de logiciel) afin que le produit "colle" le mieux à nos exigences. Sur simple appui d’une touche dédiée du portatif, on peut connaître sa propre position géographique et l’altitude (approximative, plus ou moins 40 mètres). Une radio perdue ou volée peut être déprogrammée à distance, à condition qu’elle soit en marche et en zone de couverture des relais.

Un bémol tout de même, des déclenchements d’alerte inopinés ont lieu. C’est pour cela que le centre de télésurveillance n’est pas encore en place, nous avons voulu "roder" le système. La parade (il faut modifier un peu ses habitudes), c’est d’avoir toujours sur soi son portatif. Soit sur son sac à dos, micro accroché à la bretelle du sac, soit à la ceinture du pantalon, micro accroché au vêtement ou au passant de ceinture quand on enlève le sac. Pour cela les agents disposent de plusieurs accessoires très pratiques et faits sur mesure, qui permettent de transférer le portatif selon l’utilisation.

Comme je dis souvent, notre radio c’est un peu comme une arme ou un ange gardien, on ne s’en sépare jamais. Pour plus d’informations vous pouvez me contacter.


Brèves

28 février 2017 - La notion de nuisible retirée du code de l’environnement

La loi pour la reconquête de la biodiversité fait disparaître la notion de "nuisible" du code de (...)

31 octobre 2014 - L’Agende française pour la biodiversité est en ordre de marche

Ségolène Royal souhaite, une fois la loi-cadre sur la biodiversité votée, l’installation de (...)

23 janvier 2012 - Parc national des Calanques : le GIP adopte le projet

L’assemblée générale du Groupement d’intérêt public (GIP) des Calanques a adopté à Marseille, à une (...)

29 décembre 2011 - Avis favorable pour le futur Parc national des Calanques

La commission d’enquête publique a rendu un avis favorable au projet de création du parc national (...)