Entretien paru dans la revue Espaces Naturels

lundi 16 mai 2011
par  Emmanuel ICARDO

Garde-moniteur, écogarde, garde du littoral... Avec un peu moins de mille agents, les gardes représentent une part importante des professionnels au service des espaces naturels. Leurs échanges ou coopérations restent pourtant limités. Conscients que la mise en réseau d’une profession constitue sa force, l’idée de constituer une section française de l’International Ranger Federation a émergé.

Entretien avec Emmanuel ICARDO, garde au Parc national du Mercantour

Pourquoi ce métier, emblématique de la nature, est-il si peu fédéré ?

La difficulté relève de la diversité des statuts, des employeurs, des appellations, mais aussi des compétences et des activités que les gardes mettent en œuvre. Une association devrait notamment permettre de renforcer la reconnaissance de nos métiers, aussi bien auprès du grand public que des institutionnels. Sans compter le professionnalisme et l’expertise que génère ce type de réseau.

Comment expliquer le choix de l’International Ranger Federation ?

L’idée est née à la suite du forum Jobs for nature organisé en 2008. Un petit groupe de travail d’une douzaine de gardes de différents horizons s’est constitué pour réfléchir à la chose. Deux d’entre nous sont partis en délégation lors du dernier congrès de l’International Ranger Federation, en Bolivie. L’éthique et les objectifs de l’IRF semblent correspondre aux attentes que nous avions définies. Il ne s’agit ni d’un syndicat, ni d’une amicale mais d’une association professionnelle qui œuvre à la communication et aux échanges d’expériences, ainsi qu’à la promotion de la protection de la nature et à la représentation des professionnels de terrain auprès des institutions internationales. Nous aimons bien l’idée de solidarité et d’entraide développée par IRF. Dans le cas d’un garde tué en service par exemple. Idem pour la protection juridique que cette association pourrait nous apporter.

D’autres gardes, comme ceux qui œuvrent à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, sont- ils concernés par votre association ?

Ils assurent surveillance, contrôle, prévention... À ce titre, il nous semble que nos collègues de l’ONCFS ou de l’Onema ont entièrement leur place dans cette dynamique et nous espérons qu’ils seront en mesure de rejoindre rapidement l’association.

Source : Espaces Naturels, n°33, janvier 2011. Atelier technique des espaces naturels, Montpellier.



Brèves

8 octobre 2015 - Produits GNF

N’oubliez pas que GNF vous propose quelques produits dérivés. Nous avons bien sur le DVD "The Thin (...)

10 octobre 2014 - Annuaire

L’annuaire des membres a été mis à jour, il est disponible ici pour les adhérents (connexion (...)

29 septembre 2013 - Le président de l’IRF à l’assemblée générale de Gardes Nature de France

Sean Willmore, président de l’International Ranger Federation, profitera en effet d’une tournée (...)

29 octobre 2011 - Incendies à la Réunion

Plusieurs départs de feu ont entraîné des incendies qui ravagent actuellement des territoires (...)

21 juillet 2011 - Gardes nature de France dans Wikipedia

Grâce à notre secrétaire Julien, l’association Gardes nature de France a maintenant une page (...)