Compte-rendu IIe séminaire européen de l’IRF en Hongrie

dimanche 14 décembre 2008
par  Emmanuel ICARDO

PNG - 39.5 ko COMPTE RENDU DU 2e SEMINAIRE EUROPEENDE L’INTERNATIONAL RANGER FEDERATION

KEREKEGYHAZA (HONGRIE), DU 14 AU 20 SEPTEMBRE 2008

***************

Préambule

Créée en 1992 à l’initiative d’un petit groupe de rangers originaires d’Ecosse, d’Angleterre et des Etats-Unis, l’International Ranger Federation (IRF) a rapidement été rejointe par de nombreux pays de tous les continents. Elle fédère aujourd’hui les associations de rangers d’une cinquantaine de pays, et œuvre à soutenir les rangers du monde entier par l’établissement d’un réseau de ressources et de compétences partagées.L’IRF est accréditée en tant qu’expert auprès de l’IUCN et a un accord de coopération avec EUROPARC.Rigmor Solem (Norvège) est la représentante européenne de l’IRF.Historique, informations, fonctions de l’IRF : www.int-ranger.net

Déroulement du séminaire

Le 2ème séminaire européen de l’International Ranger Federation s’est déroulé en Hongrie du 14 au 20 septembre 2008, organisé par les Parcs nationaux de Kiskunság et de Danube-Dráva. Cette rencontre avait pour but de présenter aux rangers le Service de protection de la nature hongrois, et de partager informations et connaissances sur le travail des rangers des différents pays et sur le rôle de la Fédération internationale.68 rangers de 14 pays ont participé à ce séminaire. Il s’agissait de la première participation officielle des gardes de France, Irlande et Serbie. Emmanuel Icardo (PNM) et Hervé Bergère (PNPC) étaient missionnés par PNF pour y représenter les gardes-moniteurs des parcs nationaux français.

Durant le séminaire, les participants ont découvert le « Service de conservation de la nature » hongrois, et au travers de ses actions, la gestion et protection de la nature en Hongrie, la protection des espèces, l’agriculture sur les aires protégées, la gestion des habitats, la restauration d’habitats grâce à des races traditionnelles d’animaux domestiques, et l’implication des rangers dans la pédagogie, l’écotourisme et l’éducation du public.

Les participants ont également pu avoir un aperçu de l’histoire, la culture, la cuisine et l’hospitalité des Hongrois.

L’ouverture du séminaire (à Kunsági-major, près de Kerekegyháza) a été consacrée à la présentation du dispositif de conservation de la nature hongrois, et des parcs de Kiskunság et de Danube-Dráva. Se sont exprimés notamment les directeurs des parcs de Kiskunság et de Danube-Dráva, le secrétaire d’Etat à la protection de la nature et de l’environnement, la représentante européenne de l’IFR, le chef du Service des gardes de protection de la nature.

Quatre journées de visites techniques sur le terrain ont permis d’avoir un aperçu du travail et de l’implication des gardes hongrois dans leurs différents domaines de compétence. Quatre sites répartis sur les deux parcs nationaux ont accueilli les visites :

  • Jour 1 (Kiskunság) : gestion et protection de la nature, protection des espèces, agriculture sur les prairies de Peszéradacs, visite du centre de conservation de la Vipère d’Orsini (projet LIFE) ; gestion de l’agriculture sur les prairies alcalines dans les différent zonages (Natura 2000, parc national) autour du parc ; projet LIFE Grande outarde.

JPEG - 10.5 ko JPEG - 8.1 ko Centre d’élevage de la Vipère d’Orsini

  • Jour 2 (Kiskunság) : gestion et restauration d’habitats dans la zone de Paysage protégé de Pusztaszer, notamment l’entretien des prairies par les races anciennes d’espèces domestiques (Hungarian Grey Cattle, buffle) ; histoire des aires protégées depuis l’installation du peuple Hongrois, Parc national historique d’Ópusztaszer.

JPEG - 10.6 ko Hungarian grey cattle JPEG - 12.9 ko Parc historique d’Ópusztaszer

  • Jour 3 (Danube-Dráva) : présentation des fonctions et équipement des gardes hongrois ; présentation des projets hydrologiques prévus ou réalisés, au cours d’une visite en canoë sur un ancien bras du Danube ; informations sur les activités forestières, la faune et la flore de la plaine alluviale.

JPEG - 11.5 ko Ranger hongrois en tenue JPEG - 22.2 ko Canoë sur le Danube

  • Jour 4 (Danube-Dráva) : visite du centre de loisirs de Bárányfok, dans l’aire de paysage protégé de Gemenc, forêt alluviale en bord de Danube ; présentation des programmes d’écotourisme et de pédagogie, de l’exposition permanente et de l’artisanat local.

JPEG - 14.9 ko Visite en forêt alluviale JPEG - 10 ko Centre de loisirs

Les soirées ont été consacrées à la présentation des espaces protégés et du travail des rangers de chaque pays, mais aussi à la convivialité et aux échanges informels.

JPEG - 16.7 ko Soirée cohésion et échanges

La dernière journée s’est déroulée à la Maison de la nature de Kecskemét, avec les interventions des représentants européens de l’IRF, de la directrice d’Europarc, des rangers de Russie, et du Ministère hongrois de l’environnement et de l’eau, suivies du bilan et de discussions entre représentants des pays participants.

JPEG - 7.6 ko JPEG - 14.7 ko Cérémonie de clôture

Intérêt du séminaire

Durant ce séminaire, les rangers hongrois ont fait la démonstration de leurs compétences et leur grand professionnalisme dans leurs diverses activités et fonctions, au travers d’un service très organisé, bien unifié, s’appuyant sur des bases réglementaires solides. A l’issue de ce congrès, il a été conclu qu’ils étaient un bon exemple d’organisation pour l’ensemble des services de protection de la nature des pays européens.

68 rangers de 14 pays ont participé à ce séminaire : Angleterre, Autriche, Danemark, Ecosse, Finlande, France, Hongrie, Irlande, Islande, Norvège, Pologne, Roumanie, Russie et Serbie. Il s’agissait de la première participation officielle des gardes de France, Irlande et Serbie.

La participation officielle de la France, pays charnière entre le nord et le sud de l’Europe, a été d’autant plus appréciée qu’elle arrive tard, soulignant l’importance de ne pas être absent d’une telle instance internationale. Le diaporama présentant les parcs nationaux français, projeté et commenté en soirée, a suscité de nombreuses questions sur le modèle français des parcs nationaux, mais aussi des parcs naturels régionaux et des réserves naturelles. L’organisation des parcs nationaux français, fonctionnant en équipes par secteurs territoriaux, a étonné les rangers européens habitués à un fonctionnement plus vertical, avec un « Chief ranger » et un adjoint ayant autorité sur l’ensemble des rangers du parc, souvent affectés à un « triage ».

Les présentations des divers participants ont montré que, si le cœur de métier peut varier selon les pays, les fondamentaux sont souvent les mêmes (police, accueil et pédagogie, veille écologique, gestion d’espèces et d’espaces, suivis scientifiques, contacts avec les locaux…).

Les discussions suivant les présentations, de même que les échanges informels, ont mis en évidence une grande similarité dans les enjeux liés au métier : niveau d’études théorique et effectif, reconnaissance du métier, polyvalence, risques d’agression dans les missions de police, diversité des structures et des statuts des gardes… La mutualisation des expériences, voire la recherche de réponses communes à certaines questions, représente une plus-value importante à la participation à ce type de rencontres.

Perspectives

Les représentants européens de l’IRF ont décidé au cours du premier congrès (Roumanie 2007) de se retrouver tous les deux ans pour un nouveau séminaire. Le prochain congrès européen se tiendra en Russie en 2010, le prochain congrès mondial étant prévu en novembre 2009 en Bolivie.Pour équilibrer avec les précédentes éditions, l’IRF Europe souhaiterait à court terme la candidature d’un pays d’Europe de l’ouest.
Les aires marines protégées étant peu représentées dans la fédération, l’IRF est particulièrement intéressée par la coopération française sur ce sujet ; de même pour l’expérience française en milieux tropicaux, qui pourrait aussi être valorisée à l’international.

L’IRF s’interroge par ailleurs sur l’absence d’une association de ’Rangers’ française à la fédération, et souhaiterait que les gardes français intègrent le réseau européen.

Pour cela la création d’une association de gardes français est souhaitable, l’IRF étant une fédération d’associations. L’association nationale de gardes doit être comprise comme une association professionnelle, comme il en existe dans toutes les professions, et pas comme un syndicat ou une amicale (les deux existant déjà dans les parcs nationaux). Son ouverture aux différents types de gardes de protection de la nature doit être étudiée : gardes-moniteurs des parcs nationaux, gardes des réserves naturelles, gardes du littoral…
Ses missions pourraient notamment être liées, outre à la coopération internationale, au resserrement des liens entre les gardes des différents types d’espaces protégés, aux échanges d’expérience et d’informations entre gardes de diverses origines, à la réflexion sur notre métier, à la promotion de notre métier auprès du public, des étudiants, des institutions…

Les établissements employeurs, PNF et l’ATEN doivent bien entendu être associés à la mise en place d’une telle association, et plus tard à leur fonctionnement (assistance juridique, financement…).

La participation de deux gardes-moniteurs au séminaire de Hongrie constitue un premier pas, à poursuivre dans la mesure où suffisamment gardes se montrent intéressés.

Emmanuel ICARDO

Hervé BERGERE


Brèves

7 novembre 2016 - MedPAN et l’International Ranger Federation se rapprochent

Voir en ligne : http://www.medpan.org/news/-/blogs/medpan-et-l-international-ranger-federation-se-r

29 novembre 2015 - Séminaire de l’IRF Europe en Allemagne

Les représentants de 13 associations européennes de Rangers se sont retrouvés dans le Parc (...)

3 juin 2014 - Photos Croatie

Mise à jour de la photothèque avec les photos du Séminaire des Gardes en Croatie.

23 mai 2014 - Séminaire Européen des Gardes

4 gardes membres de l’Association des Gardes d’Espaces Naturels Protégés de France ont participé au (...)

16 avril 2014 - Séminaire Européen des Gardes

A ce jour, 4 membres de Gardes Nature de France participeront au Séminaire Européen des Gardes (...)