La Réserve naturelle des Ramières

lundi 28 novembre 2016
par  Jérôme ARMAND

Les Ramières du Val de Drôme

Située au cœur de la Vallée de la Drôme, la Réserve Naturelle Nationale des Ramières a récemment accueilli l’assemblée générale de l’association Gardes Nature de France.

La réserve naturelle nationale des Ramières du Val de Drôme est une des 20 réserves naturelles fluviales de France. Elle se situe sur la basse vallée de la Drôme entre Crest et Livron. La Drôme est une des dernières rivières sauvages d’Europe, de par sa fonctionnalité elle crée des habitats exceptionnels qui se devaient d’être protégés. La Drôme au niveau de l'entonnement

La réserve naturelle nationale des Ramières

La Réserve naturelle des Ramières fut créée le 2 octobre 1987 sur le cours de la rivière Drôme. Elle est répartie sur 5 communes : Allex, Grâne, Chabrillan, Eurre et Livron. Sa superficie est de 346 ha, et s’étend sur 10km le long de la rivière Drôme. Depuis 1999, à la demande de l’Etat, la Réserve Naturelle est gérée par la Communauté de communes du Val de Drôme. En 2005, un arrêté préfectoral de biotope de 60 ha est venu compléter cette zone de protection, sur le site des Freydières. Le terme « Ramières » (en latin, ramus : branche) désigne localement les bois riverains des cours d’eau.

La réserve offre des milieux de vie diversifiés : rivière sauvage, bancs de graviers et îlots, ripisylve de saules et peupliers, prairies à orchidées, résurgences phréatiques. Son originalité tient à plusieurs caractéristiques : cours d’eau en tresses d’une longueur assez rare (108 km) pour les Alpes occidentales, absence de grands aménagements (pas de barrage sur son bassin versant), fonctionnement hydrologique non perturbé, valeur écologique exceptionnelle de certains secteurs. Vue des différents milieux

Sur la réserve le lit majeur de la Drôme appartient à l’Etat (Domaine Public Fluvial) tandis que les bois et les prairies appartiennent aux communes ou à des particuliers. L’espace protégé est constitué d’une zone endiguée de 5 km de long sur 100 m de large, datant du 19e siècle, et aux extrémités de deux secteurs élargis ou la rivière peut circuler librement sur près de 500m.

Dans la rivière on trouve de belles populations de poissons dont une espèce rare, l’Apron du Rhône. Elle attire de nombreux oiseaux qui trouvent là leur nourriture : héron cendré, aigrette garzette, grande aigrette, petit gravelot (dont environ 10 couples nichent sur les bancs de gravier), milan noir, martin pêcheur... Plus de 70 espèces d’oiseaux se reproduisent dans la réserve. C’est également un lieu de halte migratoire pour de nombreux limicoles. Apron du Rhône

Le lit majeur est régulièrement balayé par des crues qui rajeunissent les habitats pionniers. Ainsi, le peuplier noir et 9 espèces de saules profitent de ces espaces libérés pour germer et recréer de nouveaux espaces boisés.
Cela nous amène au castor d’Europe qui profite d’une nourriture très abondante : de jeunes saules et peuplier noir qui sont la base de son alimentation. La population compte une vingtaine de familles sur l’ensemble de la réserve soit une densité de 2 familles par kilomètre. D’autres espèces végétales profitent également des bancs de galets dénudés : l’ambroisie et la renouée du Japon.

On trouve dans la réserve un habitat particulier : les freydières. Se sont d’anciens bras de la Drôme déconnectés de la rivière en amont et alimentés par la nappe d’accompagnement de la Drôme, qui se déversent lentement plusieurs centaines de mètres en aval dans la rivière. Les freydières sont très riches en plantes aquatiques car elles subissent moins l’influence des crues que le lit principal. Elles accueillent de nombreuses espèces de libellules dont l’agrion de mercure.
La ripisylve est un boisement spontané́ et naturel où les saules blancs et les peupliers noirs dominent. Sous ces espèces pionnières se développent les frênes (trois espèces), les érables (six espèces) et les ormes (trois espèces) dont le très rare Orme lisse. L’inventaire actuel des arbres, arbustes et arbrisseaux ligneux des Ramières est riche de plus de cent espèces. La réserve constitue ainsi un véritable "arboretum" naturel. Peuplier noir

Les crues les plus importantes, en transportant de grande quantité de matériaux (galets), ont rendus la nappe inaccessible aux racines des arbres, créant ainsi des landes arborées à chêne pubescent. Ces prairies particulières sont composées d’une végétation méditerranéenne. Autrefois entretenues par les troupeaux et le lapin de garenne, de nos jours le tracteur les a remplacés. L’entretien de ces prairies permet le maintien de nombreuses orchidées et d’une petite fougère, l’Ophioglosse commun. Elles accueillent également de nombreuses espèces de papillons dont l’azuré du serpolet et le damier de la succise. Aux abords de la réserve, les parcelles cultivées sont intéressantes en ce qui concerne les plantes messicoles (plantes sauvages des moissons), comme la rarissime Nigelle de France.

La maison de la réserve : « La gare des Ramières »

La Gare des Ramières, maison de la Réserve Naturelle des Ramières est gérée par la Communauté de communes du Val de Drôme. 3 missions lui sont attribuées : l’accueil du public, un lieu de recherche scientifique et un pôle d’éducation à l’environnement. Son espace de visite permet aux visiteurs de découvrir la réserve naturelle et plus largement la nature, en famille d’une manière ludique et interactive, mettant les sens en éveil.

Un lieu pédagogique :
L’équipe d’animateurs, de scientifiques, et médiateurs, de la Gare des Ramières est missionnée pour mener des actions d’éducation à l’environnement sur le Val de Drôme, auprès d’un public scolaire, des centres de loisirs et auprès du grand public. Des actions sont menées dans les classes et sur des sites naturels. Ces actions pédagogiques visent à sensibiliser les jeunes, les adultes, et à les interroger : « quelle est mon action et que faire pour préserver la biodiversité ? » 

Un lieu d’événements :
L’équipe de la gare participe chaque année à la Fête de la nature, aux Rendez vous au jardin, du patrimoine et de la science. Elle organise et participe a des événements plus ponctuels comme de « gare en gare » avec le transe-express et la fête des oiseaux en forêt de Saoû, site du conseil départemental de la Drôme.

Les Ramières en chiffres 

Pour la faune, on compte 46 espèces de libellules, plus de 200 papillons, plus de 220 espèces de vertébrés dont 17 poissons, 6 amphibiens, 10 reptiles, 17 mammifères (loutre et castor d’Europe), 200 oiseaux dont 70 nicheurs et 100 migrateurs (cigogne blanche, cigogne noire, balbuzard pêcheur, bécasseaux) et hivernants (mouettes rieuses, grand cormorans).
La flore compte 680 espèces végétales dont 1 protégée sur le plan national (nigelle de France) et 5 au niveau régional, plus de 100 espèces d’arbres et arbustes, douze orchidées et 15 plantes aquatiques (potamot coloré).
La fréquentation de la réserve avoisine les 40 000 promeneurs dont environ ¼ sont à vélo. La Gare des Ramières accueille 6000 visiteurs.

Photos aériennes : Christophe Penpenic



Brèves

28 février - La notion de nuisible retirée du code de l’environnement

La loi pour la reconquête de la biodiversité fait disparaître la notion de "nuisible" du code de (...)

31 octobre 2014 - L’Agende française pour la biodiversité est en ordre de marche

Ségolène Royal souhaite, une fois la loi-cadre sur la biodiversité votée, l’installation de (...)

23 janvier 2012 - Parc national des Calanques : le GIP adopte le projet

L’assemblée générale du Groupement d’intérêt public (GIP) des Calanques a adopté à Marseille, à une (...)

29 décembre 2011 - Avis favorable pour le futur Parc national des Calanques

La commission d’enquête publique a rendu un avis favorable au projet de création du parc national (...)