Journées d’Echanges Techniques des Gardes 2015

Pour les 5 ans de l’Association les Gardes se sont retrouvés dans le Grand Site Classé de la Sainte Victoire
lundi 30 novembre 2015
par  Julien CORDIER

Du 6 au 8 novembre 2015, les membres de l’Association des Gardes d’Espaces Naturels Protégés de France se sont réunis sur le Grand Site Sainte Victoire, dans le sud de la France, dans le cadre de leurs Journées d’Echanges Techniques. Pour sa 5ème année d’existence, l’association Gardes Nature de France (GNF) a vu se regrouper une trentaine de Gardes provenant de toute la France et de diverses structures (réserves naturelles, parcs naturels régionaux, parcs nationaux, Conservatoire du Littoral, ONCFS, ONF, Réseau Grands Sites). Au programme de ces journées : randonnée thématique, accueil par les élus, Assemblée Générale et ateliers techniques.

En premier lieu, le vendredi soir, les Gardes qui ont peu d’autres occasions de se rencontrer au cours de l’année se retrouvent autour d’un repas convivial. C’est l’occasion de faire le point sur l’actualité des espaces naturels de chacun, de faire connaissance avec les nouveaux adhérents et de conforter toujours plus les liens d’amitié entre les membres.

Le samedi était programmée la randonnée thématique sur le site protégé. Xavier Nicolle, coordinateur des Gardes sur le Grand Site Sainte Victoire, et Philippe Maigne, Directeur du syndicat mixte, ont guidé le groupe dans son ascension de la Sainte Victoire.
Le Réseau des Grands Sites de France, créé en Novembre 2000, est une association qui regroupe les gestionnaires des Grands Sites. Ce réseau très vivant permet le partage d’expériences concrètes et des échanges de savoir-faire entre sites. Il apporte un appui technique à ses adhérents dans leur démarche visant l’obtention du label GRAND SITE DE FRANCE, délivré par l’Etat. C’est un partenaire actif de la politique nationale de mise en valeur des sites protégés remarquables. Il fait connaître et promeut les valeurs des Grands Sites.
Le syndicat mixte qui gère le Grand Site Sainte-Victoire est membre du Réseau des Grands Sites de France et participe activement aux échanges, aux réflexions et aux innovations qui en résultent. Il regroupe 14 communes. La Sainte Victoire est surtout connue pour sa célèbre montagne au sommet de laquelle culmine la Croix de Provence. Fortement touristique, ce Grand Site se caractérise par des formations géologiques impressionnantes, une faune et une flore remarquable et des habitats de pelouses, maquis et garrigues exceptionnels. Le principal objectif du syndicat mixte et de ses agents, notamment des Gardes sous la coordination de Xavier, est de préserver ce patrimoine tout en conciliant les usages.

Ainsi lors cette randonnée de GNF, les questions de la gestion des sentiers et de la fréquentation, de la fermeture des milieux, de la prévention des incendies, des inventaires naturalistes et mille autres sujets qui font le quotidien de ces vigilants protecteurs ont été largement abordées. Du Pin d’Alep au Chêne vert, de l’Aigle de Bonnelli au Tichodrome échelette, ce sont autant d’espèces remarquables et emblématiques du territoire qui doivent s’accommoder d’une fréquentation touristique considérable. La question de la canalisation des visiteurs est notamment au cœur des préoccupations des Gardes au regard des risques d’incendies et de la préservation des habitats naturels. Cette problématique, commune à tous les espaces protégés, a donc fait l’objet de diverses discussions et débats tout au long de l’ascension de la Sainte Victoire.
Arrivés au sommet, les Gardes ont bénéficié d’une présentation du Prieuré par l’Association des Amis de Sainte Victoire. En fin d’après-midi, les Gardes ont été accueillis à la Maison du Grand Site située sur la commune de Beaurecueil, par le Maire et Vice-Président du Syndicat Mixte, M. Joël Mancel. Ce dernier a d’abord présenté le bâtiment, reconversion d’une vieille grange en Maison d’accueil HQE pour le Grand Site classé de la Sainte Victoire. Il a insisté sur le souhait de conserver le caractère rural de la commune, encore épargnée par la ruée des visiteurs pendant la haute saison. Bien sûr, la protection de l’Environnement reste une priorité pour la commune et pour le Grand Site mais M. Mancel précise qu’il est difficile de l’assurer compte-tenu des restrictions budgétaires. Après avoir échangé quelques mots avec M. Mancel, les Gardes ont tenu l’Assemblée Générale de leur association.

A l’ordre du jour de l’Assemblée Générale de l’association figuraient classiquement le rapport moral du Président, le bilan financier du Trésorier ainsi que des questions diverses. Dans son bilan moral, le Président a présenté les actions menées par Gardes Nature de France lors de l’année écoulée, notamment en communication mais aussi dans le cadre d’échanges sur le terrain. C’est grâce au réseau développé par l’association que ces échanges ont pu se concrétiser. En 2015, Renaud Batisse (Parc naturel régional du Vercors) a été accueilli par l’équipe du Parc national de Port-Cros, Rémi Lafont (Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne) a participé à une formation sur la gestion du loup par les agents du Parc national du Mercantour, Laurent Domergue (RNF - Parc naturel régional des Ballons des Vosges) a travaillé avec des membres de l’Association Suisse des Gardes ou encore Alix Badre (RNF - Parc naturel régional des Ballons des Vosges) a été accueillie par des membres de l’Association Finlandaise des Gardes. Cela illustre l’intérêt des réseaux que constituent GNF et l’International Ranger Federation (IRF).
Le Président a ensuite exposé les perspectives pour 2016 avec notamment l’accentuation de la communication auprès des réseaux de gestionnaires, la participation aux grands rendez-vous internationaux comme le séminaire des présidents des associations nationales en Allemagne fin novembre ou encore le Congrès Mondial des Gardes dans le Colorado (USA) en mai 2016.
Le Trésorier a ensuite présenté l’exercice comptable 2015. Les recettes principales restent les cotisations des membres. La participation aux congrès, l’achat de nouveaux produits de communication aux couleurs de l’association et le repas des Gardes constituent les principales dépenses. Plusieurs questions diverses ont été abordées en assemblée telles que les demandes de jumelage par des associations étrangères ou encore le financement de la participation de plusieurs Gardes de GNF au prochain Congrès Mondial des Gardes. Les Gardes ont ensuite rejoint l’éco-gîte du Loubatas où ils ont poursuivi par le traditionnel Potlatch.

La matinée du dimanche a été consacrée aux ateliers techniques. Deux thématiques ont été développées : l’accueil des visiteurs sur un milieu naturel et l’intervention des Gardes en milieu scolaire. Dans un premier temps, c’est Hervé Bergère, Garde Moniteur du Parc National de Port-Cros, qui a souhaité présenter une étude qu’il a menée sur la capacité de charge de l’île de Port-Cros ; ce thème était d’actualité avec la visite de terrain qui avait permis d’aborder la problématique de la gestion des nombreux visiteurs sur le site de la Sainte Victoire. Cette étude a pour objectif de définir des indicateurs précis et de déterminer une échelle d’évaluation de la capacité de charge de l’environnement complexe de l’île de Port-Cros. Les indicateurs ont tous été choisis à la fois en rapport avec les contraintes de gestion de l’île (déchets, eau, sécurité, activité portuaires....) et avec le ressenti de bien-être ou de dérangement par les visiteurs et les agents du Parc national (perception de la foule, charge de stress ….). La finalité est de mieux connaître les différents compartiments de la gestion globale de l’île et d’en évaluer les seuils supportables de chacun avant de subir une crise ou une défaillance de cette gestion de l’île. Le but principal étant d’accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions de sécurité, sans impact irréversible sur les milieux naturels et les aménagements et de leur permettre d’apprécier au mieux leur visite de l’île. L’exposé a suscité de nombreuses questions, et le sujet a été débattu en fonction des expériences de chacun.
Ensuite, Xavier Nicolle et Cathy Adrian, Gardes Nature dans le Grand Site classé de la Sainte Victoire, ont présenté l’opération menée en 2015 avec des écoles du territoire, consistant à former des "Gardes Nature Juniors". Action originellement initiée par la fédération Europarc, les « Juniors Rangers Trainings » sont des programmes de formation/sensibilisation qui ont pour objectif de sensibiliser des adolescents volontaires à certaines notions en rapport avec le métier de Garde et la préservation de la biodiversité. Après une première adaptation du concept par les écogardes du Parc naturel régional Scarpe-Escaut il y a trois ans, c’était cette année le tour du Grand Site Sainte Victoire. Pour Xavier, le bilan est très positif, à tel point que d’autres écoles du territoire souhaitent aussi participer l’année prochaine.

C’est sur un dernier repas commun que ces journées d’échanges techniques des Gardes se sont achevées. Les membres vont maintenant travailler sur les prochaines grandes échéances : partenariat à l’international, participation au Congrès Mondial des Gardes, réflexions sur l’articulation de GNF avec l’Agence Française de la Biodiversité ou encore sur l’organisation des prochaines journées d’échanges techniques dont le lieu reste encore à définir.



Portfolio

JPEG - 252.5 ko JPEG - 339.8 ko JPEG - 97.5 ko

Brèves

8 octobre 2015 - Produits GNF

N’oubliez pas que GNF vous propose quelques produits dérivés. Nous avons bien sur le DVD "The Thin (...)

10 octobre 2014 - Annuaire

L’annuaire des membres a été mis à jour, il est disponible ici pour les adhérents (connexion (...)

29 septembre 2013 - Le président de l’IRF à l’assemblée générale de Gardes Nature de France

Sean Willmore, président de l’International Ranger Federation, profitera en effet d’une tournée (...)

29 octobre 2011 - Incendies à la Réunion

Plusieurs départs de feu ont entraîné des incendies qui ravagent actuellement des territoires (...)

21 juillet 2011 - Gardes nature de France dans Wikipedia

Grâce à notre secrétaire Julien, l’association Gardes nature de France a maintenant une page (...)