L’importance de la formation des gardes des parcs de la forêt Amazonienne, au Brésil

dimanche 24 février 2013
par  Frank AVARD

Congrès Mondial des Gardes à Arusha
Atelier du mardi 6 novembre 2012
WORKING TOWARD HEALTHY PARKS : Capacity Building
Par Osvaldo Barassi Gajardo, ex-ranger et directeur de parcs nationaux, ingénieur forestier diplômé en gestion de l’environnement.

Il n’y a aucun doute quant à l’importance des aires protégées comme stratégie de protection de la biodiversité. La plupart des pays ont établi diférents systèmes qui cherchent à ateindre ce but. Selon l’IUCN, plus de 10% de la surface de la planète bénéfcie d’un statut de protection.
Mais comment de tels systèmes peuvent fonctionner sans spécialistes pour les gérer ? C’est ici que le rôle des gardes devient essentiel.

Au Brésil, ces territoires peuvent être sous la tutelle d’agences relevant du gouvernement fédéral, des Etats, des municipalités ou bien sous aucune structure ofcielle défnie.
On assiste alors à une division des rôles où la surveillance est parfois confée à des sociétés privées, l’éducation environnementale à des Organisations Non Gouvernementales (ONG), les employés de l’agence se contentant de l’entretien des sentiers de randonnées. Cette situation ne permet pas au public de considérer les gardes comme des professionnels de l’environnement, capables d’exécuter des activités multiples, mêlant l’éducation environnementale, l’accueil du public et la recherche scientifque. D’autant plus que, contrairement à beaucoup de pays, ces gardes ne sont pas identifés par le port d’un uniforme officiel.

Depuis 2003, dans la forêt amazonienne, certaines agences et « Amazon Conservation Team », une ONG créée en 1996 qui œuvre à la protection de ce territoire et de ses habitants, ont donc développé un programme de formation à destination des gardes et des communautés amérindiennes. L’idée de développer ce programme de formation a commencé dans l’état d’Amapa en vue d’améliorer et d’augmenter le niveau de protection de certains territoires. La première session n’a regroupé que des gardes de communautés indigènes, mais, en 2005, le projet avait plus de 20 partenaires et s’était étendu à plusieurs régions du Brésil.

Actuellement, le programme a été rejoint par plus de cinquante institutions fédérales ou d’Etats, des associations volontaires, ainsi que par la Fédération Internationale des Rangers (IRF). Parmi les participants, on compte maintenant, non seulement des indigènes, mais aussi des non-indigènes impliqués dans la gestion des territoires protégés. Plus de 400 gardes indigènes et non-indigènes ont donc bénéfcié de ce programme dans diférents Etats du Brésil, mais aussi en Colombie, Suriname, Uruguay, Pérou et Équateur. JPEG - 49.8 ko Formation en salle

Du 18 juillet au 8 août 2011, à Santarem, dans l’Etat brésilien du Para, j’ai participé comme conférencier et instructeur à la 8ème session de formation à destination des gardes non-indigènes. Parmi les 21 participants, de nombreux possédaient une solide formation en biologie. Ce dernier point est crucial pour professionnaliser le travail des gardes et pouvoir développer leurs activités de plus en plus liées à la recherche scientifque. JPEG - 70.2 ko Formation sur le terrain

Les cours sont basés sur les concepts de formation des gardes utilisés à travers le monde, tout en tenant compte des particularités et des besoins locaux. Les sujets abordés incluaient la connaissance des valeurs culturelles et naturelles des peuples indigènes, l’écologie et la biodiversité, la gestion des aires protégées, la législation environnementale, la prise en compte de l’écotourisme et les relations avec le public, l’enseignement de l’éducation environnementale, la cartographie, l’utilisation du GPS et la communication radio. JPEG - 61 ko Restauration d’habitat JPEG - 68.6 ko Relocalisation de serpents

L’IRF est également intervenue pour présenter son organisation et sur un sujet sur la gestion des espaces protégés dans le monde. A ces cours se sont ajoutées les visites d’un centre de soins pour la faune sauvage, d’un complexe d’écotourisme, ainsi que de diverses institutions et agences intervenant dans le domaine de la protection de l’environnement et du patrimoine culturel des populations amérindiennes. Les stagiaires ont également participé à une formation essentielle de survie dans la jungle, qui a été dispensée par la police militaire de l’environnement.

Les instructions théoriques ont alterné avec les activités pratiques, essayant toujours d’amener les participants vers des situations réelles simulant les conditions de travail des gardes en forêt.

La formation a toujours visé à développer la dynamique de groupe, le travail en équipe, mais aussi la réflexion et l’initiative individuelle, ainsi que la sécurité. 52 instructeurs, 10 exposants, 6 moniteurs, 10 collaborateurs liés avec le ministère brésilien de l’environnement, des universités fédérales et des organisations de protection de l’environnement sont intervenus lors de cette cession.

Le 31 juillet, nous avons célébré la journée mondiale des rangers en visionnant « The Thin Green Line ». Ce flm, réalisé par le ranger australien Sean Willmore, présente le métier de garde de parc et ses diférentes facettes à travers le monde. Puis nous avons tenu un débat sur les risques afférent au métier de garde et rendu un hommage solennel à ceux qui sont tombés en service.

Mon investissement dans cette formation a, sans aucun doute, été un grand pas en avant dans mon développement personnel et professionnel, qui plus est, au milieu d’un biotope si particulier comme la forêt amazonienne, où j’ai eu l’occasion de rencontrer et de vivre avec des gens provenant d’autres cultures, impliqués dans la protection de la nature et désireux de se perfectionner.

J’ai pu metre en application l’un des objectifs majeur de l’IRF, à savoir soutenir le travail des gardes de parc dans la préservation de notre patrimoine naturel et culturel, en présentant des cours d’éducation à l’environnement et de gestion des aires protégées. Pour cela, je me suis basé sur mon expérience comme garde, puis directeur de deux parcs nationaux majeurs du Chili, où j’ai travaillé pendant presque 8 ans, mais aussi sur mes expériences personnelles acquises lors de voyages dans d’autres parcs nationaux dans le monde où j’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup de collègues, qui sont restés, depuis, des amis proches. Je veux, enfn, féliciter tous les participants à ces formations qui, je l’espère, se développeront dans le monde, pour profter à d’autres collègues et aires protégées. JPEG - 52.7 ko


Brèves

7 novembre 2016 - MedPAN et l’International Ranger Federation se rapprochent

Voir en ligne : http://www.medpan.org/news/-/blogs/medpan-et-l-international-ranger-federation-se-r

29 novembre 2015 - Séminaire de l’IRF Europe en Allemagne

Les représentants de 13 associations européennes de Rangers se sont retrouvés dans le Parc (...)

3 juin 2014 - Photos Croatie

Mise à jour de la photothèque avec les photos du Séminaire des Gardes en Croatie.

23 mai 2014 - Séminaire Européen des Gardes

4 gardes membres de l’Association des Gardes d’Espaces Naturels Protégés de France ont participé au (...)

16 avril 2014 - Séminaire Européen des Gardes

A ce jour, 4 membres de Gardes Nature de France participeront au Séminaire Européen des Gardes (...)